Pour une santé en pleine conscience !

514-814-3035

Qui suis-je?

Avez-vous l’impression que le temps file à toute allure, bien sûr vous avez raison, le temps va à une vitesse extrême et c’est pour cette raison que vous devez vous poser quelques questions concernant votre vie :

  • Comment va-t-elle, quelle sphère est en bonne santé et quelle autre ne l’est pas ?
  • Qu’aimeriez-vous tenter ?
  • Quelle partie en vous ressens un malaise ?
  • Qu’est-ce que vous devez partager avec les autres ?

Toutes ses questions je me les pose régulièrement.

Je me présente Chantal Filion, et voici un petit résumé par où je suis passé.

Une bonne partie de ma jeunesse a été un combat agressif avec la nourriture et un apprentissage de tous les instants pour apprendre à m’aimer.

Save

Chantal Filion

Il suffit d’accepter ce qui est là pour trouver la force de changer.

J’ai passé des années à faire des essais, à explorer plusieurs façons de faire pour être bien dans ma peau et m’aimer. Aujourd’hui, à 55 ans, je peux dire que toutes ces expériences ont été là afin que je me comprenne mieux et aussi comprendre l’autre.

Ma première dépendance à été la nourriture et a débuté bébé, alors que déjà j’étais accroc à mon biberon qui, selon ma mère, me procurait du réconfort. Par la suite, c’est la nourriture qui a remplacé le lait comme source de réconfort relativement au mal-être que j’éprouvais.

D’où venait ce malaise?

C’est sans rancune aucune envers mes parents ainsi que mon environnement qui n’était pas des plus équilibrés. Mes parents m’ont donné ce qu’ils pouvaient donner, tout simplement. Mais par leur comportement, ils ont créé chez moi de nombreuses blessures, que j’ai moi-même parfois reproduites avec mes proches.

Déjà très jeune, la nourriture sucrée fut, pour ma sœur et moi, une baby-sitter que nous aimions beaucoup! Quoi de mieux qu’un carton de crème glacé au chocolat? Je vous le demande!

J’ai donc souvent comblé ma tristesse intérieure par la nourriture, pour ensuite, à l’adolescence, me promener entre la bouffe, l’alcool, les drogues et l’amour.

À l’âge adulte, j’ai laissé tomber les drogues, mais l’alcool, la nourriture et même la dépendance affective sont demeurés bien présents dans ma vie. Un peu plus tard, le travail est aussi devenu une sorte de drogue pour moi, seulement celle-ci était légale !

Cela m’a amené à vouloir trouver pourquoi je comblais ce vide intérieur par ces sources externes. Je me suis donc jetée corps et âme dans les formations sur la croissance personnelle en me disant qu’il devait bien s’y trouver une formule rapide (et un peu magique!) pour se sentir bien en dedans. J’ai vite compris que cela n’existait pas…

J’aimais voir que je n’étais pas seule à vivre ce genre de désespoir. Je me souviens, à l’âge de 8 ans à peine, mon père m’amenait avec lui assister à ses réunions des Alcooliques Anonymes et j’étais fascinée par leurs histoires. Je n’ai jamais su pourquoi il m’y emmenait. Peut-être a-t-il pressenti que je risquais de suivre ses traces un jour?

J’ai réalisé que peu importe avec quoi nous décidons d’essayer de remplir notre vide intérieur, nous sommes tous au même endroit, celui de vouloir retrouver une certaine joie et une paix intérieure par un engourdissement.

Oui, j’ai suivi plusieurs formations pour comprendre l’être humain en général, mais à la base, ce fût un passage obligé pour apprendre à me comprendre, moi.

À une certaine époque, je suis tombée dans une phase boulimique, et à 18 ans j’étais une jeune fille avec un bon surplus de poids. Souvent souriante, pleine d’énergie, mais confrontée sans cesse à mes démons intérieurs.

Je ne voulais surtout pas démontrer ma vulnérabilité. J’étais, devant tout le monde, une personne forte, capable de déplacer des montagnes.

Cette façon de procéder m’a souvent servi dans la vie, mais cela m’a nui tout autant. Aujourd’hui, j’ai appris à me donner le droit d’être vulnérable.

Mes nombreuses formations et thérapies de toutes sortes m’ont appris à retrouver le bonheur, et aujourd’hui, ce que je sais au plus profond de moi est que pour amorcer un changement dans notre vie vers le bonheur, il faut ACCEPTER qui nous sommes avant toute chose.

En 2003, j’ai eu une entreprise de pousses et de germinations, que j’ai nommée Pousse Soleil. De l’alimentation vivante à son meilleur, j’adorais au départ cette entreprise que j’avais bâtie de mes propres mains! Mais au bout de 5 ans, j’ai réalisé que même si j’avais d’excellents employés, je travaillais 7 jours sur 7, il m’aurait fallu au moins cinq autres années de travail à un rythme insoutenable pour espérer en retirer un revenu décent.

J’allais tout droit vers l’épuisement complet. Je m’étais mis de côté, moi et mon couple. Puis, un soir, seule dans mon atelier, épuisée, en train de rincer ma luzerne, je me suis effondrée et j’ai éclaté en sanglots. Je me suis dit qu’il était complètement absurde de travailler dans le domaine de la santé alors que j’allais tout droit vers le surmenage professionnel! C’est à ce moment que j’ai décidé de vendre mon entreprise.

Il m’a fallu quelques années pour reprendre mes forces, pendant lesquelles j’ai, entre autres, suivi un cours de massothérapie, un cours de thérapeute en relation d’aide psychologique, en coaching et en PNL, médiumnité, access bar, antenne de letcher etc… Cela m’a permis de faire du gros ménage en moi!

Ce qui fonctionne pour moi est une combinaison de plusieurs éléments soit, l’alimentation, l’émotionnel, le mental, le spirituel, l’équilibre de vie global.

Chaque nouvelle journée je m’engage le mieux que je peux pour avancer dans la direction d’être en paix et en harmonie avec ce qui est là dans ma vie.

C’est donc avec joie que j’aime aider toutes les personnes qui veulent faire un changement dans leur vie, mais qui ne savent pas trop par où commencer.

J’offre mes services comme thérapeute, coach de vie et traitements énergétiques.

Chantal Filion
514-814-3035

Save

Vous connectez

Oublié votre mot de passe ?

Rejoignez-nous

Réinitialiser le mot de passe
Veuillez entrer votre email. Vous allez recevoir votre nouveau mot de passe par email.